ESOX LUCIUS VOUS INFORME


En amont de l'inauguration de l'oeuvre de Jean-Sébastien Tacher
"LA PAGODE DU BOUT DU LAC"
qui aura lieu le 19 novembre 2016 à 10h00 à La Clayette, l'artiste investit la
vitrine du n°19 de la rue du Commerce par une installation de ses
sculptures animalières à compter du samedi 24 septembre.




Contact infos
Esox Lucius : 06 89 17 76 83
Jean-Sébastien Tacher : 06 84 37 27 11





IMPROMPTUS - COLLECTIF FACTUS


INSTALLATION DU COLLECTIF A GÉOMETRIE VARIABLE « FACTUS »
Patrice Ferrari, Ludovic Gueriaud, Jean-Paul Merlin

DANS LE CADRE DES JOURNÉES DU PATRIMOINE
LES 17 ET 18 SEPTEMBRE DE 14H30 À 18H30
CHATEAU DE GRANDVAUX  / VARENNES-SOUS-DUN (71800)
ENTRÉE GRATUITE


Les éléments de la nature, tel le végétal, ont depuis des siècles amené bon nombre d’artistes et de courants artistiques à les représenter en les géométrisant.

Dans l’Egypte antique, les ornementations architecturales s'inspirent de formes issues du monde de la nature décorant les chapiteaux, les colonnes et les murs avec des représentations de papyrus, de palmiers et de lotus aux formes simplifiées voire géométrisées. Le thème de la vague se retrouve dans les motifs ornementaux des architectures de la Grèce antique. La Grecque, par exemple, est un motif ornemental formé d'une ligne droite brisée effectuant des retours en arrière évoquant flux et reflux.

À la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, l’art nouveau, qui s'appuie sur l'esthétique des lignes courbes, évolue vers un style géométrique auquel n’échappera pas la représentation des motifs issus d’éléments de la nature qu’il affectionne.

Cette installation visuelle et sonore propose un jeu d’images figuratives et abstraites à la fois opposées et complémentaires qui s’articule autour de deux grands diptyques où se juxtaposent motifs naturalistes et géométriques. Les images révèlent des traces de vie et incite aussi l’observateur à en donner à son tour une trace sonore.


Infos : 06 89 17 76 83







OUT OF PLACE - MARIE ANITA GAUBE




EXPOSITION DU 9 JUILLET AU 28 AOUT 2016
Château de Grandvaux - Varennes sous Dun (71800)


Vernissage le 9 juillet à 17H30.

Ouverture les jeudis, vendredis, samedis et dimanches de 15h à 19h30
ou sur rendez-vous

Fermée exceptionnellement les 29, 30 et 31 juillet.

Marie-Anita Gaube est diplômée de l'école nationale supérieure des beaux arts de Lyon en 2012. C'est à la suite d'un échange au Centro National des las Artes à Mexico (en 2010-2011), qu'elle a commencé à se consacrer à la peinture. Son travail a déjà été présenté en France et au Mexique ( au sein d'expositions collectives au Centro national de arte contemporaneo de Veracruz, Galeria la Esmeralda (Mexico), Sub-situ (Lyon) et d'expositions personelles à OV galerie (Lyon) , Galerie Françoise Besson en 2015, Progress Gallery en 2014 et en Novembre 2016).

L'univers pictural de Marie­ Anita Gaube se lit en parcours : les espaces s’y succèdent dans un théâtre délirant où les événements s'entrechoquent. La fête, l'enfance ou encore l'utopie sont des sujets récurrents dans l'œuvre de MAG, mais qui opèrent, en fait, plutôt comme des leitmotivs.

Ce qui produit la richesse sémantique est ailleurs : la posture d'un corps, le mouvement d'une scène qui se déroule sous nos yeux, l'incertitude d'une situation, la discontinuité visuelle. Les images enchâssées créent l'étonnement, la stupéfaction, le mystère. Il nous faut évoquer ces corps dérangés, fragmentés ou encore transparents qui taraudent le désir tant ils ne se laissent saisir que par leur immatérialité. La multiplication des points de vue, ainsi que la présence de motifs parfois géométriques, entraînent une mise en espace mentale du tableau, à la fois spatiale et temporelle. Les éléments disposés au départ sont presque aussitôt pris dans la tourmente. Ils habitent petit à petit le théâtre de la toile, dialoguent avec l'histoire de la peinture. Les constructions de l'espace, les positions des corps, sont rarement orphelines. Elles reconfigurent adroitement des propositions de Duccio, Chirico, Bosch, Peter Doig, ou encore Daniel Richter. L'utilisation de la couleur est franche et libérée. Les touches semblent au premier regard hésitantes, voire hasardeuses, quand bien même elles sont placées avec tant d'insolence et de pertinence. En résulte une peinture construite et un travail foisonnant, une œuvre singulière en pleine exploration.

Thomas Bonnotte - 2015





Édition d‘une revue « Semaine » Analogues Maison d’édition pour l’art contemporain (Arles) :
Revue consacrée à l’exposition « Out Of Place » de Marie Anita Gaube en partenariat avec Progress Gallery (Paris)
Textes : Marion Delage de Luget, Thomas Bonnotte
Crédits photographiques : Marie Anita Gaube
Sortie : 15 juillet 2016

CONFÉRENCE "ART ET NATURE"




CONFÉRENCE "ART ET NATURE"
DE L'HISTORIEN FRANÇOIS BAZZOLI
Château de Grandvaux - Varennes sous Dun(71800)


Vendredi 19 août 2016 à 20h30

Cette conférence devra rapprocher le patrimoine ancien au patrimoine de demain.
L’art contemporain n’a, en effet, pas fait table rase des pratiques artistiques passées. C’est dans un propos intelligemment vulgarisé et non dénué d’humour que l’historien d’art François Bazzoli nous révèlera les passerelles entre ce que furent et ce que sont les pratiques artistiques dans toutes leurs diversités.
Le choix de la thématique de cette conférence, à savoir l’art et la nature ( le minéral, le végétal, l’animal) a été arrêté, après réflexion, pour être en lien avec la spécificité de notre région. Il s’agit, en quelque sorte, d’une conférence « In Situ »
L’historien auteur des « dérives botaniques » sait que l’art contemporain qu’il a enseigné aux Beaux Arts de Marseille, ne peut nier ses références à l’histoire et à son patrimoine.
En tout temps, l’artiste a nourri ses pratiques de références à l’histoire, qu’elles appartiennent au paléolithique ou à des époques plus récentes.