VIDEO DANS LE JARDIN

Samuel Bester, Jean-Noël Buatois, Cédric Fenet, Toshi Fujiwara, Fabrice Lanza, Les Riches Douaniers, Jérôme Maigret, Eric Maillet, Virginie Marnat-Leempoels, Moine de la non-existence de la pensée, Eric Pasquiou, Gilles Richard, Thierry Rouyer, Sarah Sadki, Céline Trouillet, Karin Weeder
Mise en espace : Philippe Million 


EXPOSITION DU 10 JUILLET AU 3 AOÛT 2003

  


« La vidéo est la synthèse de la musique, de la parole, de la peinture, du mouvement, d’images moches et mauvaises, du temps, de la sexualité, de l’illumination, de la fièvre, de la technique »

Pipilotti Rist

Il est devenu un brin classique de se détourner des lieux institutionnels pour y découvrir expositions éphémères, interventions décalées ou apostrophes marginales. Cependant, il faut aujourd'hui penser ces actions non plus sous couvert d'une nouvelle redéfinition de l'art (ce qui fut le propre des années 60 et 70), mais à l'aune du souci simple du contact et de l'échange - un contact allégé du poids de l'histoire collective, alourdi cependant du poids de l’intime... Car exposer en son jardin est à la fois ouvrir les portes d'un lieu autre pour une relation autre, et laisser s'introduire la perturbation au cœur du secret domestique. Paradoxe d'une situation où tout se joue en doublure : la présence vidéaste comme intrusion temporaire dans l'espace naturel continu, cultures duo/duelles, convivialité/pénétration, circonstance/durée...


L’exposition l’art pour vingt balles dont le concept ouvrait aux pratiques les plus diverses offrait déjà quelques œuvres singulières utilisant le médium vidéo, tel que celles de Luc Adami, Céline Trouillet . c’est ainsi, que de la rencontre avec ces artistes naît le projet de « vidéo dans le jardin ’qui se déroulera à Ligny en Brionnais en juillet 2003.
Esox Lucius, concernée par la ruralité et animée de la volonté de mener des actions culturelles et artistiques en milieu culturellement défavorisé souhaite rendre compte au public du caractère protéiforme de la création artistique contemporaine. Ainsi se fonde l’intérêt de présenter cet art technologique tant cet outil peut sembler, pour le non initié, ne pas appartenir à ceux qui sont traditionnels dans le domaine de l’Art.
« À toutes les époques l’art aura absorbé, retourné, récupère autant de techniques de fabrication que des univers mentaux pour mettre en forme des pensées plastiques » .  Rien d’étonnant, donc, de voir l’artiste s’accaparer un outil initialement lié à la production et à la communication.

.
Song n°2 Céline Trouillet